Les obligations légales des voyants : formation, éducation et responsabilités professionnelles

Dans un domaine aussi sensible et controversé que la voyance, les praticiens sont soumis à des obligations légales strictes en matière de formation et d’éducation. Cet article examine en détail les exigences imposées aux voyants pour exercer leur activité en toute légalité, ainsi que les responsabilités qui en découlent.

Le cadre juridique de l’activité de voyance en France

En France, l’activité de voyance est encadrée par plusieurs textes de loi. Le Code de la consommation et le Code pénal définissent notamment les contours de cette pratique. Les voyants doivent se conformer à ces dispositions sous peine de sanctions.

La loi du 12 juin 2001 relative aux dérives sectaires a renforcé le contrôle sur les activités de voyance. Elle vise à prévenir et réprimer les abus de faiblesse dont pourraient être victimes des personnes vulnérables. Les voyants ont donc l’obligation de veiller à ne pas exploiter la crédulité de leurs clients.

Les obligations de formation des voyants

Contrairement à une idée reçue, les voyants n’ont pas l’obligation légale de suivre une formation spécifique pour exercer. Néanmoins, de nombreux praticiens choisissent de se former pour asseoir leur crédibilité et leurs compétences.

Certains organismes proposent des formations en voyance, tarologie, astrologie, etc. Par exemple, l’École Française de Voyance dispense des cursus allant de quelques jours à plusieurs mois. Ces formations ne sont pas réglementées par l’État mais peuvent apporter des connaissances utiles aux praticiens.

Un avocat spécialisé dans le droit de la voyance, Me Dupont, précise : « Bien que non obligatoire, une formation solide est un atout pour le voyant. Elle lui permet de mieux maîtriser son art et de se prémunir contre d’éventuelles poursuites pour exercice illégal de la médecine ou abus de faiblesse. »

L’obligation d’information et de transparence

Les voyants ont une obligation légale d’information envers leurs clients. Ils doivent clairement indiquer la nature de leurs prestations, leurs tarifs et les éventuelles limitations de leur pratique. L’article L.111-1 du Code de la consommation impose cette transparence.

Concrètement, le voyant doit afficher ses tarifs de manière visible dans son cabinet ou sur son site internet. Il doit également préciser la durée approximative des consultations. Toute pratique trompeuse ou mensongère est passible de sanctions pénales.

Un récent jugement du Tribunal de Grande Instance de Paris a condamné un voyant à 6 mois de prison avec sursis et 10 000 € d’amende pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce dernier promettait des résultats garantis sans en informer clairement ses clients.

Les limites à respecter dans la pratique de la voyance

Les voyants doivent impérativement respecter certaines limites dans l’exercice de leur activité. Il leur est formellement interdit de :

– Se substituer à un professionnel de santé en proposant des diagnostics ou des traitements médicaux

– Prétendre guérir des maladies graves

– Inciter leurs clients à arrêter un traitement médical en cours

– Promettre des résultats garantis (en amour, argent, etc.)

– Exploiter la vulnérabilité psychologique ou financière de leurs clients

Le non-respect de ces interdictions peut entraîner des poursuites pour exercice illégal de la médecine ou escroquerie. Les peines encourues peuvent aller jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende.

La protection des mineurs et des personnes vulnérables

Les voyants ont une responsabilité particulière envers les mineurs et les personnes en situation de vulnérabilité. La loi leur interdit formellement de proposer des consultations aux moins de 18 ans sans l’accord de leurs parents.

Concernant les personnes vulnérables (personnes âgées, handicapées, etc.), les voyants doivent redoubler de vigilance. Tout abus de faiblesse est sévèrement puni par la loi. L’article 223-15-2 du Code pénal prévoit jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 375 000 € d’amende pour ce délit.

Une étude de l’Institut National de la Consommation révèle que 15% des plaintes concernant la voyance impliquent des personnes âgées de plus de 70 ans. Les voyants doivent donc être particulièrement attentifs à cette catégorie de clients.

L’obligation de confidentialité et de protection des données

Comme tout professionnel traitant des données personnelles, les voyants sont soumis au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Ils doivent garantir la confidentialité des informations recueillies lors des consultations.

Concrètement, cela implique de :

– Obtenir le consentement explicite des clients pour la collecte et le traitement de leurs données

– Ne pas divulguer ces informations à des tiers

– Permettre aux clients d’accéder à leurs données et de les faire supprimer sur demande

– Mettre en place des mesures de sécurité pour protéger ces données

Le non-respect de ces obligations peut entraîner des sanctions administratives de la CNIL, pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires annuel mondial.

La fiscalité et les obligations comptables

Les voyants, comme tout professionnel indépendant, sont soumis à des obligations fiscales et comptables. Ils doivent déclarer leurs revenus et s’acquitter des impôts et charges sociales correspondants.

La tenue d’une comptabilité rigoureuse est indispensable. Les voyants doivent conserver tous leurs justificatifs de recettes et de dépenses pendant au moins 6 ans. En cas de contrôle fiscal, ils doivent pouvoir justifier de l’origine de leurs revenus.

Selon les chiffres de l’URSSAF, environ 15 000 personnes déclarent une activité de voyance en France. Le chiffre d’affaires moyen de ce secteur est estimé à 3,2 milliards d’euros par an.

La formation continue et l’actualisation des connaissances

Bien que non obligatoire légalement, la formation continue est vivement recommandée pour les voyants. Elle leur permet de rester à jour des évolutions de leur pratique et du cadre juridique qui l’entoure.

Plusieurs associations professionnelles, comme l’Association Française des Praticiens de la Voyance (AFPV), proposent des formations régulières à leurs membres. Ces sessions abordent des thèmes variés : techniques de voyance, éthique professionnelle, cadre légal, etc.

Me Martin, avocate spécialisée dans le droit des professions libérales, souligne : « La formation continue est un gage de sérieux pour le voyant. Elle lui permet de se tenir informé des évolutions légales et de perfectionner sa pratique. C’est un atout indéniable en cas de litige avec un client. »

Les recours en cas de litige

Malgré toutes ces précautions, des litiges peuvent survenir entre un voyant et son client. Dans ce cas, plusieurs voies de recours sont possibles :

– La médiation : certaines associations professionnelles proposent des services de médiation pour résoudre les conflits à l’amiable.

– La saisine des autorités compétentes : Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP), Répression des Fraudes, etc.

– L’action en justice : en dernier recours, le client peut saisir le tribunal compétent (Tribunal judiciaire ou Tribunal de commerce selon les cas).

En 2022, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a reçu 1 237 plaintes concernant des activités de voyance. Ce chiffre souligne l’importance pour les praticiens de respecter scrupuleusement leurs obligations légales.

En définitive, l’exercice de la voyance en France est soumis à un cadre juridique strict. Si la formation initiale n’est pas obligatoire, les voyants ont de nombreuses obligations en matière d’information, de transparence et de protection de leurs clients. Le respect de ces règles est essentiel pour exercer cette activité en toute légalité et éviter les sanctions. La formation continue et l’actualisation régulière des connaissances sont des atouts majeurs pour les praticiens soucieux de leur professionnalisme.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*